accueil Slides Chantiers du DAPSA : ouverts pendant les travaux !
01 42 09 07 17
De 9h à 17h
du lundi au vendredi
Nous contacter >

Chantiers du Dapsa : ouverts pendant les travaux !

N°17 « Repérage »

Par Tommy Caroff, directeur

 


*Tu as des yeux mais tu ne vois pas

 

Pendant la grossesse, on repère mal, parait-il. On repèrerait mal les femmes victimes de violences, les consommations de drogues ou d’alcool, les situations de détresse, …

Mais alors comment sait-on qu’on ne sait pas que ces femmes sont là, dans les services ?
Comment repère-t-on qu’on ne repère pas ? Comment pourrait-on savoir que quelqu’un qu’on ne voit pas est pourtant là ?
Peut-être parce que justement nous « repérons » ces situations. Sinon il nous serait impossible d’en parler.

Alors en raisonnant par l’absurde, parlons des situations que nous n’avons pas su repérer !

Et nécessairement, nous aborderons des situations bel et bien repérées !
Des situations où « si on avait pu repérer cette difficulté dès le début, nous aurions peut-être pu faire, pu proposer, pu orienter ». Des situations où nous avions « repéré », mais où, pour autant, il n’a pas été possible d’en parler. Des situations repérées, sans que nous puissions, nous, en faire quelque chose…

Il y a un temps pour tout : pour repérer les « facteurs de risque », puis pour y penser, puis pour que les propositions fassent leur chemin et deviennent saisissables par les patientes. S’il ne nous est pas toujours possible de faire quelque chose de ce que nous repérons, dans le temps qui est le nôtre, cela ne signifie pas que notre vigilance soit vaine.

Être enceinte n’est pas une maladie. On peut donc venir à l’hôpital en tant que patiente qui ne vient pas se faire soigner... Disons plutôt qu’on peut être une patiente qui ne vient pas pour autre chose qu’une prise en charge obstétricale.

Ce que nous repérons individuellement nous appartient. Sans co-construction avec la patiente d’un problème à résoudre, celui-ci n’appartient qu’à nous.

S’il est dans l’air du temps d’encourager une libération de la parole, ça n’est pas pour autant accessible à tout le monde. Beaucoup de patientes montrent, agissent, ou s’immobilisent, plus qu’elles ne disent. Certaines se font d’ailleurs assez bien comprendre !

Et oui, on repère aussi des ressources et des capacités…