accueil Slides Chantiers du DAPSA : ouverts pendant les travaux !
01 42 09 07 17
De 9h à 17h
du lundi au vendredi
Nous contacter >

Chantiers du Dapsa : ouverts pendant les travaux !

N°4 « Et vous, vous allez bien ? »

Par Cécile Peltier, éducatrice spécialisée

 


Merci à Antoine Vasseur pour son dessin

 

Cette question que les usagers de nos services adressent aux professionnels est souvent éludée. Le professionnel n’y répond pas ou vaguement, il n’est pas là pour ça. Là, dans la relation de travail avec nos usagers, il s’agirait de parler d’eux, de ce qui les amène vers nous.

Cette relation est par définition non équilibrée, entre un usager et un professionnel, détenteur d’un savoir parfois, d’un pouvoir sûrement, incontestés souvent, incontestables, pense-t-il, savoir et pouvoir qu’il est payé et missionné pour mettre en œuvre.

Le soignant soigne, l’usager est soigné, le travailleur social suit ou parfois devance, l’usager se laisse guider, ou regimbe, se dérobe… et s’en trouve taxé d’incompréhension, de rébellion ou de manipulation.

Le professionnel intervient dans un cadre où l’investissement d’une émotion, d’une dimension affective dans la relation avec son usager ne serait pas de mise. Et s’il déroge à cette règle, enseignée dans les formations qualifiantes et généralement tacite sur le terrain, il est soupçonné de dérapage, de manque de contrôle par ses pairs. Ce n’est pas là la bonne distance professionnelle requise !

Reconnaître devant l’usager cette part pourtant incontournable de l’engagement émotionnel et affectif réciproque dans notre relation avec lui, ce serait déroger à nos obligations, ne pas respecter le cadre, faire fi du "chacun sa place "*.

Et vous, vous allez bien ?
Pour cette fois, dans notre situation actuelle, oserons-nous répondre à cette question, bouleversant un peu de ce déséquilibre dans la relation dite d’aide, pour reconnaître avec l’usager que nous sommes dans le même bateau ?
Oserons-nous entendre cette question au-delà de la politesse, comme une attention, une manifestation d’intérêt, pour nos personnes, mais aussi pour le lien qui nous lie, pour le travail fait ou à faire ensemble ?
Pourrons-nous entendre cette question comme une reconnaissance, comme une attente, comme une promesse ?

*Pour une réflexion sur les liens entre affects, émotions et activités, voir l’article « Affects, émotions, sentiments : quelles différences ? » de Jean-Marie Barbier paru dans The Conversation le 8.03.2018